#20 BREXIT – TÉMOIGNAGE D’UNE FRANÇAISE AU ROYAUME-UNI

telechargement

1) Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous installer au Royaume-Uni ?

Je suis arrivée en Ecosse avec mon mari de l’époque en 1977, en tant qu’assistante de français et j’ai aimé le pays et son peuple. Nous avons donc décidé de nous installer au Royaume-Uni et d’y faire notre vie. Je suis maintenant mariée à une Britannique.

2) Quel est votre ressenti et quelle est votre expérience, en tant que Français établi au Royaume-Uni, depuis le vote Brexit du 23 juin ?

Rien n’a vraiment changé ici. Beaucoup de gens qui ont voté pour le Brexit me disent « toi ce n’est pas pareil, on n’a pas voulu dire qu’on ne voulait pas de toi ». Je ne me suis pas senti rejetée mais j’ai parfois eu droit à des commentaires étranges, du style « Vous êtes chanceuse, vous n’avez pas un fort accent ».
Sur le plan personnel, même si j’étais consciente que le référendum était susceptible d’être favorable au Brexit, j’ai été vraiment étonnée du comportement désagréable du gouvernement britannique envers les citoyens européens de longue date, qui ont contribué au pays pendant de nombreuses années.

3) Dans quelle mesure ce vote a-t-il influencé la relation que vous entretenez avec le pays et avec les Britanniques ainsi que vos projets futurs (en termes d’activité professionnelle, de mobilité et de choix lié à la nationalité) ?

Je suis ici depuis 39 ans. Je n’ai pas d’autre choix que d’y rester. J’ai pensé à un retour en France et cela semble vraiment difficile. Je n’ai aucun droit en France et je ne me sentirais pas bien accueillie. Ma pension d’État me sera versée au Royaume-Uni. Ma femme a 73 ans et est trop âgée pour tout recommencer. Je n’ai ni la patience ni l’argent pour demander la nationalité britannique, et je ne la souhaite pas particulièrement. Je travaille comme femme de ménage et je n’ai pas remarqué que mon statut européen faisait une différence pour mes employeurs.

4) Quelles sont vos attentes vis-à-vis des gouvernements français et britannique, et de l’Union européenne ?

Je n’ai aucune attente, ni du gouvernement français ni du gouvernement britannique. Pourquoi devraient-ils se soucier d’une vieille dame comme moi ? La conjoncture économique dictera ce qui arrivera aux migrants européens. Je doute fort que le gouvernement français soit heureux de rapatrier les dizaines de milliers d’expatriés qui vivent au Royaume-Uni. Quand j’étais enfant, j’ai vu les réfugiés algériens français atterrir à Marseille, et le gouvernement était indifférent à leur sort. J’espère que ça ne se reproduira plus. Il me semble improbable que plus de 3 millions de personnes soient expulsées du Royaume-Uni.