Proposition de résolution pour la reconnaissance du génocide des Tutsis au Rwanda et soutien à l’appel international « Pour la fin de l’impunité pour les génocidaires et leurs complices »

D’avril à juillet 1994, plus de 800 000 personnes ont trouvé la mort dans le génocide des Tutsis au Rwanda. C’est plus de 75 % de la population Tutsi qui a été décimée. Chaque année, le 7 avril, les Rwandais se réunissent pour commémorer cet événement tragique. Partout dans le pays, des mémoriaux sont fleuris à la mémoire des victimes et de leurs proches. Chaque année depuis 2014, une délégation de jeunes Français et Européens se joint à ces cérémonies de commémoration.

La France a opéré le 7 avril 2016 la déclassification partielle des archives de la Présidence française concernant les actions qui ont été menées au Rwanda dans l’été 1994. Cet acte marque un premier pas symbolique pour répondre à la nécessaire exigence de vérité qui s’impose au nom du devoir mémoriel. Il en appelle néanmoins d’autres et c’est pourquoi, j’ai déposé, le 6 mars dernier, une proposition de résolution invitant le gouvernement français à reconnaître publiquement le génocide des Tutsis rwandais. En faisant acte de mémoire, la représentation nationale participe à l’ouverture d’une démarche de compréhension des conditions menant à de tels actes pour éviter qu’ils ne se reproduisant à l’avenir. Tel est l’esprit de cette proposition de résolution que vous pouvez retrouver sur le site de l’Assemblée nationale.

Je suis par ailleurs heureux de vous signaler la publication, dans le journal Le Monde , de l’appel international initié par le Mouvement antiraciste européen (EGAM) dénonçant l’impunité dont bénéficient d’ex-génocidaires rwandais présumés résidant en Europe, et particulièrement en France. Je suis signataire de cet appel, aux côtés de dix-huit collègues parlementaires et de nombreuses personnalités. Je vous avais déjà parlé de cet appel dans un précédent post de blog, à retrouver ici.