« Comme des lions » : méditer l’expérience de PSA à Aulnay

COMDESLIONS-affiche-40-60-NOIR-DEF_600x800_acf_cropped.jpgJe viens de voir en avant-première le film « Comme des lions » de Françoise Davisse sur la lutte sociale des ouvriers de PSA du site d’Aulnay. Un film sur les luttes sociales à mener, le respect des ouvriers qui se battent pour leur emploi et leur dignité. Le groupe PSA affichait en 2013 une solide santé financière et a pourtant décidé de fermer l’unité de production d’Aulnay avec 3.000 emplois.

Le redressement productif est un combat à continuer, à prolonger et l’expérience d’Aulnay comme tant d’autres est à méditer au moment où on examine la loi travail. Il y aura un chômage technologique de plus en plus fort, d’où l’importance de redéfinir des activités humaines au-delà du travail avec un revenu universel et des perspectives d’évolution. Cela ne pourra passer que par une affiliation syndicale plus forte capable de s’approprier la question du compte personnel activités. Mon choix est celui d’un néocorporatisme porteur de sens collectif dans des sociétés plus égalitaires.

L’Eurovision et la chance francophone

Capture d’écran 2016-05-03 à 10.07.51

« L’Euro 2016 sera une grande fête sportive et populaire qui va se dérouler en France et devrait donc faire rayonner notre pays. Et notre langue ! Il est donc incompréhensible que l’hymne de l’Equipe de France de football soit en langue anglaise. Ce choix consternant a également été celui fait pour la chanson qui représentera la France à l’Eurovision dont le refrain est aussi en anglais. Au moment où nous défendons la place du français dans les institutions internationales et notamment européennes, au moment où nous mobilisons tous nos moyens pour son rayonnement dans le monde, au moment où nous nous efforçons de répondre à l’appétence pour le français dans nos instituts sur les cinq continents, il est incompréhensible que lors de deux grands évènements populaires, la langue française baisse pavillon ! De grâce, ne marquons pas contre notre camp ! » (A. Vallini, 02/05/16).

Si je peux souscrire à cet argument du ministre, il faut rappeler que la chanson représentant la France est en anglais et en français, la partie française n’est pas minorée. Pendant de longues années, nous avons été mal classés et pour la première fois depuis de nombreuses années, le chanteur Amir suscite un engouement magnifique. J’invite les Français d’Europe du Nord à se mobiliser autour de sa prestation pour que la France puisse emporter le concours ou à défaut terminer sur le podium.

1er mai : Fête du travail

13124533_987573751278788_4843945665304165357_n.jpg

La fête du 1er mai 2016 en Suède

Fête du 1er mai en Suède, l’occasion de mettre en avant les accords collectifs avec les Sociaux-démocrates suédois et de penser à la discussion parlementaire sur la loi Travail. Je défends une incitation à l’affiliation syndicale (l’obligation reviendrait à changer notre modèle de démocratie sociale et passerait par une réforme constitutionnelle) pour améliorer les possibilités de négociation et de protection sociale.

En Suède, l’affiliation syndicale est à la carte. Les individus peuvent davantage contribuer financièrement au syndicat pour que celui-ci s’engage plus dans leur formation et leur accompagnement professionnel. J’ai également cosigné des amendements sur le télétravail pour les femmes enceintes et le renforcement du congé parental sans oublier la représentativité des TPE, le droit à la déconnexion et la reconnaissance du syndrome d’épuisement professionnel.

Un maquis parlementaire s’annonce, il devrait permettre de sortir une loi plus axée sur la sécurisation des parcours professionnels. Si la réforme du CPA permet de faciliter la validation des acquis professionnels et la lisibilité des parcours y compris lorsque ces parcours sont internationaux (j’ai cosigné les amendements de Philip Cordery sur ce point), alors ce serait un vrai compromis social. Il importe de ne pas oublier la flexibilité des horaires de travail du point de vue du salarié et non du point de vue de l’entreprise, sinon cette flexibilité apportera une contrainte et du stress supplémentaire.

Infolettre du 29 avril

Retrouvez l’intégralité de l’infolettre ici.


Madame, Monsieur, chères et chers concitoyens d’Europe du Nord,

Dans leur ouvrage Et si on arrêtait les conneries, Dany Cohn-Bendit et Hervé Algalarrondo plaident pour un changement de régime institutionnel avec l’adoption de la proportionnelle intégrale pour favoriser des coalitions et des compromis nécessaires aux réformes à entreprendre. Si l’idée est intéressante et si le cadre majoritaire de la Ve République peut apparaître inadapté à notre temps, il nous importe de ne pas uniquement rester obnubilé par le mode de scrutin. Le changement institutionnel serait davantage un préalable à une transformation constitutionnelle plus fondamentale. Le paradoxe du pouvoir est souvent que les croyances en la décision politique souveraine se muent en sentiment d´impuissance alimentant frustrations et déception collectives.

Si les analyses de Dany Cohn-Bendit et d’Hervé Algalarrondo sonnent justes sur la proportionnelle, le reste est beaucoup trop bâclé et trop éphémère pour constituer un véritable socle de réflexion. Nous vivons davantage dans un Lire la suite

La nécessaire réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature

L’autorité judiciaire garantit la liberté individuelle et le respect des lois. Plus que toutes les autres institutions inscrites dans la Constitution française de 1958, elle se doit d’être responsable, impartiale, égalitaire et peut-être surtout et avant tout, exemplaire.

C’est la finalité du projet de loi constitutionnel portant réforme du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) qui a été adopté en 2ème lecture ce mardi 26 avril par l’Assemblée nationale.

En approuvant ce texte, qui reprend les dispositions votées de façon consensuelle par l’Assemblée et par le Sénat, nous avons choisi de consacrer l’impartialité des nominations du parquet tout en renforçant les pouvoirs de discipline et de nomination du CSM à leur égard.

Ce projet de loi dépasse les clivages partisans. Il clarifie enfin le Lire la suite