Les Rencontres de la Gauche en Europe du Nord du 19 au 23 Octobre 2016

14379971_650309698464303_5333725914781777206_o

Les militants de gauche se mobilisent autour d’une semaine de débat dans toute la circonscription. A son terme, un grand rassemblement aura lieu à Stockholm les 22 et 23 octobre, deux journées de rencontres entre sympathisants et militants de gauche. Venez écouter Axelle Lemaire, ministre du Numérique et de l’Innovation, Hélène Conway Mouret, Claudine Lepage et Jean-Yves Leconte sénateurs des Francais de l’étranger, débattre et échanger sur l’Europe et l’économie. Vos conseillers consulaires de Stockholm, d’Oslo et Copenhague et les sénateurs animeront une table ronde sur les questions consulaires (simplifications administratives, éducation, retour d’expatriation, intégration, …). Rencontrez les sympathisants et militants de Suède, Norvège, Finlande, Danemark, Irlande, Royaume-Uni et des pays de la Baltique. Le fika est offert !

Lien de l’événement: https://www.facebook.com/events/862612423838606/

Inscription et information: PS.Suede@gmail.com

Réserve parlementaire 2015-2016: Festival du Film Français et Francophone de Suède

franska filmfestivalen

Crée en 1999, le Franska Filmfestivalen – ou Festival du Film Français et Francophone de Suède – est un festival annuel promouvant le cinéma français et francophone en Suède, et plus largement le cinéma venu des pays francophones et des pays membres de la Francophonie. J’avais choisi l’année dernière de leur apporter mon soutien à travers la réserve parlementaire pour les aider à developper leurs projets en relation avec la Francophonie et les projets scolaires.

Grâce à la somme allouée, le Franska Filmfestivalen a pu développer davantage la présence de films francophones (hors France) ou en co-production minoritaire française dans leur programme et insister ainsi davantage sur la langue française, ses variétés, ses accents, son évolution, mais aussi sur la richesse des productions de ces pays. Le Franska Filmfestivalen a ainsi pu participer au mois de la francophonie, en intégrant entièrement leur programme des Franska Tisdagar – ou Mardis français – du mois de mars 2016, ce qui leur a permis d’atteindre un public plus large, en jouant avec la diversité de la langue française. Pendant le festival même du 2 au 8 mai 2016, des films francophones non français ont également été projetés. La subvention de la réserve parlementaire a constitué un apport indispensable pour la location des salles de cinéma et l’acquisition des droits pour certains films.

La réserve parlementaire a également permis au Franska Filmfestivalen de poursuivre les activités destinées aux publics scolaires démarrées en 2015, à travers notamment les projections scolaires aux classes de français à Stockholm pour les enfants de 6 à 18 ans. Ces séances donnent à ces enfants l’occasion d’écouter et pratiquer le français et constituent de véritables séances d’éducation à l’image. La réserve a également permis au Franska Filmfestivalen d’être le partenaire principal du festival du film scolaire francophone (Cinécourts en Herbe) sur Stockholm et organiser la projection publique des films réalisés par les élèves, la cérémonie de remise des prix, la projection gratuite d’un film et enfin la participation aux ateliers organisés par le lycée français sur la création des affiches de cinéma, l’écriture de textes critiques sur les films et quelques notions sur l’industrie du cinéma comme par exemple les divers métiers existants ou le processus de création d’un film.

J’ai été très content de pouvoir apporter un soutien financier à ces beaux projets qui font vivre la Francophonie à l’étranger et agissent comme une véritable fenêtre de promotion de la France, de sa culture et de sa langue.

Rencontre francophile avec des fonctionnaires et des élus du Parlement suédois

Lundi dernier, à l’invitation de l’école de langues Europaspråk, j’ai eu le plaisir de rencontrer des élus et des fonctionnaires du Parlement suédois. Nous avons échangé autour de l’actualité et de la représentation politique des citoyens de l’étranger avant d’aborder le devenir de l’Union européenne. Nous avons ensuite comparé le fonctionnement des deux assemblées en y repérant les similitudes sur le travail des commissions, l’élaboration du budget et les votes. Les scrutins sont beaucoup moins personnalisés en Suède où les partis politiques ont un rôle prépondérant. Le scrutin proportionnel favorise le jeu et la discipline des partis. J’ai ensuite présenté le système des primaires et les enjeux politiques de l’année.
IMG_4909

L’affaire Warin en Suède : l’assistance à apporter en cas de contentieux

L’affaire Warin en Suède est dramatique. Un père se retrouve dans une maison de protection des familles avec son fils de 18 mois, de nationalité française, suite à la décision des services sociaux suédois  déclarant la mère en incapacité à assumer ses fonctions parentales. A la suite de cette décision, il est impossible au père de rentrer en France avec son fils car il doit avoir l’autorisation des services sociaux suédois. La situation se détériore et les services sociaux parlent de placer l’enfant en famille d’accueil. Cette situation est cauchemardesque pour des parents qui réfutent tout manquement dans l’exercice de leur autorité parentale.

Dans ce cas, comme dans d’autres auxquels j’ai eu affaire au cours de mon mandat, notamment au Royaume-Uni, les familles se retrouvent dans des situations dramatiques, en proie à des procédures qu’elles ne maîtrisent pas et un environnement juridique et parfois linguistique et culturel qu’elles ne comprennent pas et se sentent bien souvent abandonnées par leur pays d’origine. Cela présente également des effets néfastes sur le bien-être des enfants en question qu’il s’agit pourtant de protéger.

Il n’est pas question pour moi de me porter juge de cas bien souvent très compliqués ni de remettre en cause les lois de protection de l’enfant en place mais d’apporter à nos concitoyen(nes) le soutien et l’aide juridique requis pour les aider à se sortir de situations au combien difficiles. Face à une législation et des procédures qu’elles ne connaissent pas et qu’elles ne comprennent pas, ces familles ont besoin, au delà de l’aide déjà apportée par les consulats et ambassades, d’assistance supplémentaire afin de leur permettre de comprendre ce qui leur arrive et de les accompagner dans leur dialogue avec les autorités locales afin de parvenir à une solution. Sans ce soutien et cette assistance, il arrive fréquemment que la communication entre les familles et les services sociaux se rompe, laissant place à des confrontations et oppositions qui ne servent le cas ni des enfants, ni celui des familles. Je milite pour qu’au niveau européen nous puissions mettre en place des outils de médiation interculturelle pour ces familles comme nous avons pu le faire avec l’Allemagne en 1998 sur les divorces (Réforme de la ministre de la justice Elisabeth Guigou). Cette médiation permettrait de faire intervenir discrètement un tiers organisateur dans ces contentieux afin de mettre en avant des solutions plus constructives.

Suède: Jimmie Åkesson, la dédiabolisation version Grand Nord

Interrogé récemment par un journaliste de l’Opinion sur le parti des Démocrates suédois (DS), je suis revenu sur le contexte dans lequel leur dirigeant, Jimmie Åkesson, a réussi à faire de son parti l’une des trois forces politiques du pays, un parti auquel les sondages donnent aux alentours de 20% des suffrages aux législatives de 2018 contre 5,7% en 2010. Omniprésent depuis plusieurs années sur les plateaux de télévision, le leader nationaliste et anti-immigration tient à la fois un discours social et nationaliste en faisant campagne sur le sauvetage de l’Etat-providence, l’héritage culturel, la limitation de l’immigration et en montrant une hostilité très forte vis-à-vis de l’Union européenne jusqu’à en demander la sortie. A la manière d’autres partis xénophobes européens, le DS a joué de la crise migratoire que connaît l’Europe et nombre de commentateurs s’accordent à attribuer le rétablissement du contrôle aux frontières en novembre 2015 puis le durcissement des conditions d’octroi du droit d’asile à la pression exercée par le parti en Suède. Contrairement aux idées reçues, cette rhétorique rencontre malheureusement un écho favorable en Suède qui avait pourtant forgé une réputation de tolérance et d’ouverture.

Vous pouvez retrouver l’article paru dans l’Opinion ici.