#26 TÉMOIGNAGE D’UN FRANÇAIS AU ROYAUME-UNI

telechargement

1) Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous installer au Royaume-Uni ?

Je suis arrivé fin 2011 après avoir été recruté par un cabinet de conseil sur les énergies basé à Edimbourg, en Ecosse.

2) Quel est votre ressenti et quelle est votre expérience, en tant que Français établi au Royaume-Uni, depuis le vote Brexit du 23 juin ?

J’ai bien entendu été extrêmement déçu du résultat du vote du 23 juin. Mais, résidant dans une région qui a voté majoritairement Remain, mon entourage a été très solidaire. Mes collègues étaient par exemple aussi déprimés que moi par le résultat ! Les RH à mon travail suivent très attentivement les développements autour du Brexit et répètent régulièrement qu’elles sont déterminées à conserver les employés EU malgré le Brexit. Ce soutien permanent depuis juin dernier fait que je ne suis pas inquiet outre-mesure pour l’avenir. Je suis confiant pour mon emploi et sait que mon employeur cherchera à me conserver, quelles que soient les nouvelles règles en vigueur post-2019. Ceci étant dit, je remarque tout de même une libération de la parole anti-Européens depuis juin dernier. Peut-être que je fais aussi plus attention aux plaisanteries sur le sujet mais je trouve néanmoins que le vote a libéré une parole xénophobe chez certains individus.

3) Dans quelle mesure ce vote a-t-il influencé la relation que vous entretenez avec le pays et avec les Britanniques ainsi que vos projets futurs (en termes d’activité professionnelle, de mobilité et de choix lié à la nationalité) ?

Je me plais beaucoup au Royaume-Uni et continue d’apprécier la nature multi-culturelle du pays. Je ne prévois pas de quitter ce pays à moyen terme, même si on ne sait jamais de quoi l’avenir est fait ! Niveau nationalité, je ne m’imagine pas demander la nationalité britannique, même si je suis résident ici depuis plus de 5 ans. Je suis également réticent à faire la demande de permis de résidence mais tant mon employeur que mon entourage m’incitent à le faire. Il est donc probable que je m’y attelle sous peu !

4) Quelles sont vos attentes vis-à-vis des gouvernements français et britannique, et de l’Union européenne ?

J’attends du gouvernement britannique qu’il maintienne les droits des résidents EU dans le pays. J’attends du gouvernement français qu’il fasse pression sur le gouvernement britannique pour le respect des citoyens EU au R-U. Et j’attends bien évidemment de nos élus – député(e) en tête – qu’ils continuent de sensibiliser les pouvoirs publics sur la situation des citoyens français au Royaume-Uni. Malgré les caricatures, nous sommes loin d’être tous des privilégiés cherchant à fuir l’impôt français !

 

#23 TÉMOIGNAGE D’UNE FRANÇAISE AU ROYAUME-UNI

telechargement

1) Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous installer au Royaume-Uni ?

Je suis installée au Royaume Uni depuis 1975, suite à mon mariage avec un anglais. Depuis le vote du Brexit au Royaume-Uni, je suis anxieuse. Je souhaite revenir m’installer en France près de mon centre bouddhiste en Bretagne lorsque je serais à la retraite en décembre 2017. Compte tenu de la chute du cours de la livre sterling,  j’aurai moins d’argent disponible à mon retour en France, après la vente de ma petite maison à Londres. J’ai divorcé en 1993 et je n’ai jamais pensé prendre la nationalité anglaise.  Je pense que je dois compléter et envoyer le formulaire pour résident, document spécifiant que je peux rester au Royaume-Uni sans limite de durée dans le cas où j’aimerais retourner au Royaume-Uni. 

2) Quel est votre ressenti et quelle est votre expérience, en tant que Français établi au Royaume-Uni, depuis le vote Brexit du 23 juin ?

Je vivrai en France et toucherai une retraite anglaise. Contrairement à la retraite française, la pension de retraite (state pension)  n’est pas basée sur le salaire. J’ai cotisé pendant 30 ans au Royaume-Uni. Si cela était possible, comment se ferait le calcul de ma retraite si elle était convertie en une retraite française?

3) Dans quelle mesure ce vote a-t-il influencé la relation que vous entretenez avec le pays et avec les Britanniques ainsi que vos projets futurs (en termes d’activité professionnelle, de mobilité et de choix lié à la nationalité) ?

La vie à Londres étant devenue trop chère, je préfère revenir en France dès que je serai à la retraite, car j’aurai de plus en plus de mal à subvenir à mes besoins. J’aimerais néanmoins pouvoir me déplacer sans contrainte administrative entre le Royaume-Uni et la France pour rendre visite à ma famille et mes amis. Cela sera t’il possible avec le Brexit ? 

Je n’ai pas vraiment envie de prendre la nationalité anglaise et cela coûte beaucoup trop cher. J’habite Londres depuis plus de 40 ans, je ne comprends pas pourquoi je devrais dépenser plus de 1000 euros pour avoir la nationalité anglaise/naturalisation et devoir passer des examens sur les valeurs anglaises.

4) Quelles sont vos attentes vis-à-vis des gouvernements français et britannique, et de l’Union européenne ?

La France et l’Angleterre devraient négocier un accord qui permettrait aux Français de pouvoir toucher une retraite anglaise tout en résidant en France, sans pénalité.  

L’Union Européenne devrait convenir d’un système qui permettrait aux pays membres d’accepter un nombre maximum d’immigrés selon leur taux de migration chaque année. 

#10 BREXIT – TÉMOIGNAGE D’UNE FRANÇAISE AU ROYAUME-UNI

telechargement

1) Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous installer au Royaume-Uni ?

Grâce à deux Erasmus/Double diplôme dans le cadre de mon parcours universitaire en France, j’ai eu l’occasion de découvrir le Royaume-Uni en vivant un an à Edimbourg et un an à Plymouth. Ces deux années m’ont plu et quand en cherchant un V.I.E j’ai pu reproduire l’expérience via mon entreprise française, à Bristol, je n’ai pas hésité ! La combinaison de contrat français et vie au Royaume-Uni m’enchantait pour débuter ma carrière professionnelle et encore approfondir ma connaissance de ce pays.

2) Quel est votre ressenti et quelle est votre expérience, en tant que Français établi au Royaume-Uni, depuis le vote Brexit du 23 juin ?

J’ai ressenti une plus grande hostilité, sous la forme de débats sur les « problèmes » migratoires très ouvertement discutés. Beaucoup de racisme « léger », c’est-à-dire beaucoup plus de « dans ce pays vous savez madame », au travail et en dehors du travail. Ces remarques ont été dites à chaque fois dans un environnement plus rurale – en weekend sur l’Isle de Wight ou au travail, dans la campagne du Gloucestershire. 

Je n’ai dans ma sphère privée jamais rencontré ce genre de propos et au contraire j’ai ressenti une plus grande empathie et une tristesse globale de la part de mes amis anglais lorsque le sujet du Brexit était évoqué. Mes amis sont jeunes, moins de 30 ans, tous éduquées et tous très  favorables au Labour Party depuis des années. Lire la suite

#8 BREXIT – TÉMOIGNAGE D’UNE FRANÇAISE AU ROYAUME-UNI

telechargement

1) Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous installer au Royaume-Uni ?

Je suis arrivée à Londres en 1977 à 21 ans, un emploi de technicien non qualifié pour University College en poche. Ayant abandonné mes études de médecine à Paris, je devais travailler, et quitte à travailler, j’avais décidé de le faire en Angleterre, pour découvrir un autre pays qui m’attirait, une autre langue, d’autres personnes, un autre mode de vie. C’était déjà l’Europe, même s’il fallait encore un permis de résidence à faire tamponner régulièrement au « Alien Office » de Lambs Conduit Street. J’ai trouvé un pays accueillant, tolérant, facile à vivre, moins bureaucratique que la France, plus pragmatique. Etant partie au départ pour environ un an, j’ai commencé à suivre un cours du soir (autofinancé) pour obtenir le « Proficiency in English », puis une licence à Birckbeck College, toujours en cours du soir et toujours autofinancée. De fil en aiguille, je suis restée 10 ans (Londres puis Cambridge), puis après une parenthèse de deux ans en Italie (Olivetti), j’ai retrouvé un emploi en Angleterre (par le biais d’une annonce du Monde) en 1989 pour un poste devant être pourvu par un francophone. En 1991, j’ai rencontré un britannique qui est devenu mon mari.

2) Quel est votre ressenti et quelle est votre expérience, en tant que Français établi au Royaume-Uni, depuis le vote Brexit du 23 juin ?

Le résultat et les conséquences immédiates du référendum ont été pour moi un grand bouleversement. Jusque-là, j’habitais en Europe, dans une partie de l’Europe située en Grande-Bretagne. Je n’avais jamais éprouvé le besoin de prendre un passeport britannique, j’étais européenne. Je retournais souvent en France où j’ai toujours toute ma famille, une autre partie de l’Europe. J’ai vécu le lendemain du référendum comme un rejet de l’Europe et des Européens de la part de la Grande-Bretagne. Non seulement de ses lois et de ses accords, mais de l’ensemble du projet européen de solidarité entre ses membres et de toute l’histoire de l’Europe. Le ton de la campagne électorale m’avait déjà inquiétée, car en dehors des exagérations outrageuses voire mensongères des deux côtés, il n’y était question que des intérêts économiques et commerciaux du « leave » ou du « remain » pour la Grande-Bretagne. Après tant de temps passé en Grande-Bretagne, il m’avait aussi semblé anormal de ne pas pouvoir voter, et j’avais été stupéfaite d’apprendre que les britanniques expatriés perdaient leur droit de vote après 15 ans. Lire la suite

Portrait des Français du Royaume-Uni

telechargement

J’appelle les Français du Royaume-Uni à témoigner de leur expérience en tant que Français établis outre-manche depuis le vote du Brexit. Le Brexit n’a pas encore été enclenché et toutes les conséquences pratiques pour les Français et Européens établis dans le pays ne sont pas encore connues; pourtant, les conséquences du vote britannique se font déjà sentir. Inquiétude, sentiment de rejet, incertitude quant à vos plans d’avenir, autant d’émotions que vous m’avez communiquées, et ce dès l’annonce de la tenue d’un référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne par David Cameron.

Je souhaite donc vous donner la parole et pour ceux qui le souhaitent, publier vos témoignages sur mon blog. Si vous êtes intéressé, merci d’envoyer vos réponses aux 4 questions ci-dessous (3000 signes maximum), un visuel illustrant votre témoignage et le formulaire-de-consentement rempli à : ml.cpremat@clb-dep.fr.

1) Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous installer au Royaume-Uni?
2) Quel est votre ressenti et votre expérience, en tant que Français établi au Royaume-Uni, depuis le vote référendaire du 23 juin?
3) Dans quelle mesure ce vote a-t-il influencé la relation que vous entretenez avec le pays et avec les Britanniques ainsi que vos projets futurs (en termes d’activité professionnelle, de mobilité et de choix lié à la nationalité)
4) Quelles sont vos attentes vis-à-vis des gouvernements français et britannique et vis-à-vis de l’Union européenne?