Ma question écrite à Annick Girardin sur les engagements de la France d’allouer 0,7% de sa richesse nationale à l’APD

J’ai attiré l’attention de Mme la secrétaire d’État, auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, chargée du développement et de la francophonie sur l’engagement de la France d’allouer 0,7 % de sa richesse nationale à l’APD. Le 1er mars 2013, le Président avait annoncé vouloir tendre de nouveau vers cet objectif international dès que le pays renouerait avec la croissance. Le Gouvernement prévoit une croissance de 1,9 % d’ici à 2017. Or, selon le PLF 2015, le Gouvernement continuera de couper son aide, de 6,7 % entre 2014 et 2017 (190 millions d’euros). La France s’éloigne de plus en plus de son engagement international : en 2014, elle n’alloue plus que 0,36 % de sa richesse nationale à l’APD, contre 0,5 % en 2010 (chiffres OCDE). Elle est ainsi à contrecourant de la plupart des autres grands donateurs qui eux augmentent leur aide vers les pays les plus pauvres. Le Royaume-Uni qui, en 2007 encore, avait une APD encore plus faible que la France (0,36 % de son RNB) a atteint l’objectif des 0,7 % en 2013. Je demande donc quelles mesures sont envisagées pour rétablir une trajectoire crédible en vue d’atteindre l’objectif des 0,7 %, conformément aux engagements de la France, et si la France compte réaffirmer l’objectif des 0,7 %, assorti d’un calendrier, lors de la 3e Conférence sur le financement du développement en juillet à Addis-Abeba.

Vous trouverez ci-dessous la réponse de la Secrétaire d’État au développement et à la francophonie: 

Lire la suite