Comment lutter contre le terrorisme dans nos sociétés démocratiques ? Liberté, égalité, fraternité ou urgence, sécurité, vigilance? »

J’ai présenté mes voeux le 11 janvier à Stockholm lors d’une conférence organisée par l’école de langues Europaspråk au musée du Moyen-Âge de Stockholm qui rassemblait pour l’occasion une trentaine de personnes.
Capture d’écran 2016-01-13 à 10.21.24
Cette date est importante, car c’est exactement un an après le magnifique rassemblement citoyen qu’avait connu la France suite aux attentats perpétrés à Charlie-Hebdo. J’ai rappelé le fil des événements et surtout le contexte de la réaction politique après les attentats au Bataclan le 13 novembre dernier. La mise en place de l’état d’urgence, le message du Président au Congrès, l’annonce de la possible déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux furent abordés dans le débat avec la salle.
J’ai rappelé ma position contre ces deux mesures car elles peuvent faire des entorses à nos valeurs fondamentales. Un pays fort est un pays qui croit en ses lois et en les lois votées dernièrement. Nous avons voté un certain nombre de lois anti-terroristes ainsi que la loi sur le renseignement pour confier davantage de pouvoirs spéciaux à la police et aux services de renseignement ainsi qu’au parquet. Introduire ce type de dispositions dans la Constitution risque très rapidement de créer un état d’urgence permanent au moindre risque, ce qui n’est pas souhaitable. L’important pour un Etat de droit est de sortir de l’exception pour ne pas s’y enliser. En tous les cas, il m’apparaît important que le contrôle du juge judiciaire soit renforcé.
Ce fut l’occasion aussi de relire les articles 1, 16 et 36 de la Constitution pour comprendre leur esprit. L’une des conclusions de la conférence est que la meilleure manière de lutter contre le terrorisme est de veiller à l’animation de contre-pouvoirs démocratiques. Donner plus de pouvoirs à l’exécutif peut être problématique, nous avons besoin de recul et de réflexion sur l’urgence et l’immédiateté.
Capture d’écran 2016-01-13 à 10.21.13
Sur la déchéance de nationalité, la salle a compris qu’il s’agissait surtout de se poser la question de la présence ou non sur notre sol des terroristes condamnés. L’extradition n’est pas non plus toujours une solution. Il faut travailler diplomatiquement, signer des coopérations d’entraide judiciaire avec certains pays et faire évoluer la compétence de la Cour Pénale Internationale pour qu’elle puisse inclure des crimes terroristes. Il existe des alternatives et il est important de ne pas céder sur nos valeurs pour envisager des solutions laborieuses mais adaptées afin de ne pas permettre en France ce qu’ont mis en place les Etats-Unis après le 11 septembre.

SOLIDARITE AVEC LE DANEMARK  

Je tiens à exprimer toute ma solidarité envers la société danoise qui est sous le choc de l’attaque terroriste qui vient de se produire sur son territoire. Les dernières informations font état d’un mort et d’au moins trois blessés suite à une fusillade dirigée contre un centre culturel du centre de Copenhague où se tenait une conférence-débat sur «l’art, le blasphème et la liberté d’expression». La présence du dessinateur suédois Lars Vilks parmi les invités de cette conférence ne laisse guère de doutes sur les motivations des assassins. En effet, Lars Vilks a réalisé des caricatures de Mahomet qui lui valent de faire partie des personnes les plus recherchées par l’organisation terroriste Al-Qaida au même titre que le désormais défunt dessinateur Charb.

La liberté d’expression est très importante au Danemark où les premières caricatures du Prophète Mahomet avaient été publiées en 2005 par le quotidien danois Jyllands Posten avant de faire l’objet d’une reproduction dans les pages de Charlie Hebdo. Suite à la fusillade contre Charlie Hebdo et à la prise d’otages de l’hyper casher de la Porte de Vincennes, l’ensemble de la classe politique danoise avait ainsi tenu à exprimer sa solidarité avec la France. Le Premier ministre danois – Madame Helle Thorning-Schmidt – s’était du reste rendue à Paris afin de participer au défilé des chefs d’Etat et de gouvernement. En revanche, le Jyllands Posten s’était attiré les critiques du parti d’extrême droite du Peuple danois pour avoir refusé de reproduire les dessins de Charlie hebdo dans ses pages estimant que le risque était trop important pour certains de ses membres. Kurt Westergaard, Carsten Juste et Flemming Rose figurent sur la même liste des personnes menacées par Al-Qaida.

Madame Helle Thorning-Schmidt a exprimé suite aux attentats contre Charlie hebdo son souhait d’accélérer la mise en œuvre d’un référendum permettant au Danemark de lever sa clause d’exemption sur la coopération européenne en matière de sécurité intérieure. La réponse au terrorisme passe en effet par l’échange d’informations et une coopération accrue entre les forces de sécurité des pays membres de l’Union européenne. Le Danemark peut compter sur la solidarité des pays membres de l’UE pour assurer la préservation des principes fondateurs de cette union.

Ce soir, jeg er dansk (je suis danois).

Intervention devant la section PS du 12ème arrondissement de Paris

C’est dans un contexte particulier que je suis intervenu le 13 janvier devant la section du 12ème arrondissement à l’invitation de sa secrétaire de section Pauline GREGOIRE-MARCHAND. La section était encore marquée par la prise d’otages qui avait eu lieu au sein de l’arrondissement dans l’Hyper-Casher de la porte de Vincennes.

J’ai souhaité ouvrir mon intervention sur l’émotion suscitée par les attaques terroristes au sein des pays de la circonscription. Il m’a semblé important d’aborder l’ambiguïté du slogan « Je suis Charlie » dont le « Je » privatise un élan collectif. J’ai souligné combien cette individualisation pouvait recouvrir des interprétations différentes et contrastait avec le désir d’unité qui animait les manifestants.

IMG_0219

J’ai également souhaité aborder la question de la figuration du sacré qui est une norme occidentale et dont on sait qu’elle soulève des problèmes au sein d’autres sociétés. J’ai ainsi évoqué la réticence de nombreux médias des pays de la circonscription à reproduire les dessins de Charlie Hebdo. Il est ainsi remarquable que le Jyllands Posten qui s’était illustré par la publication des premières caricatures de Mahomet en 2005 ait refusé d’illustrer ses articles consacrés aux attaques terroristes par des dessins tirés de Charlie Hebdo. De même, j’ai voulu éclairer la singularité de la tradition satyrique française qui est sans équivalent dans les pays du Nord. Lire la suite

Témoignage d’un Français vivant en Grande-Bretagne sur les attentats du 7 janvier

Monsieur
Habitant en Grande Bretagne depuis 13 ans, je tiens a m’associer aux événements intervenus en France tout récemment.
Je vous transmets un message que j’ai publie sur les réseaux sociaux et attends votre commentaire tant personnel qu’en ce qu’il implique de la prise de conscience des changements de société récents en France- plutôt que des affaires internationales de jihadistes.

THE FRENCH EVENTS The attacks were not against free speech or the police. Those are mere symbols of freedom, equality, democracy, a feeling that we all have a chance in life, etc. The murderers were not jihadists but losers, young adults seeking the shadow of better tomorrows who went very astray on their paths and sought refuge in what they thought was a « great » cause. Something that would bring some meaning in their lives. It is clear from their conversations with the media a few hours before being taken down that they were clueless or misinformed about the jihadist movement. However, we do bear a responsibility in this matter. .. Tomorrow the People of France will take the streets for many reasons: one of them is to show the world we will not falter, or waver in front of any menace. Our beliefs are deep-rooted, widely shared and unmovable. We prone values of human rights in our very vast majority. We seek peace, non violence and tolerance. We will not be moved… I would like to associate myself to the suffering and loss of those who have lost a loved one or who have suffered physical or psycho-emotional trauma or distress : the families of the officer shot, the council worker at Montrouge, the hostages and victims at Vincennes, the wounded officers at Dammartin, the man shot twice in the south of Paris prior to the incidents, and also the families of the murderers – because such are our values of tolerance and fraternity.

Quelles réponses au terrorisme?

À l’invitation de l’école de langues Europaspråk et de son directeur Christophe Luciani, j’ai participé le 19 janvier à un déjeuner-débat à Stockholm sur l’actualité en France après les attentats du 7 janvier. Parmi les 40 participants se trouvaient à la fois des Français vivant en Suède et des Suédois travaillant dans le journalisme, la politique et l’administration. Nous avons évoqué la rencontre européenne des ministres des affaires étrangères autour des enjeux de la sécurité. La discussion a porté sur les réponses à apporter au terrorisme: si des précautions en matière de sécurité peuvent être observées, il est important de maintenir un cadre fondamental à la liberté d’expression.

SONY DSC

Nous avons échangé autour des problèmes liés aux phénomènes identitaires avec une réflexion comparative entre ce qui se passe en France et en Suède. Ainsi, comment faire pour repérer les individus susceptibles de basculer dans cette radicalité? J’ai proposé un exposé articulé autour de trois thèmes, le rire dans la tradition satirique française, la compréhension particulière de la notion de laïcité en France et les fractures politiques au Moyen-Orient. Avec les cours de morale laïque qui commenceront à la rentrée 2015 en France, nous aurons l’opportunité de lutter davantage contre l’ignorance pour favoriser la diffusion de valeurs fondamentales au vivre-ensemble en lui donnant davantage de sens. À noter qu’en Suède les cours d’histoire de religion ont une place plus importante qu’en France au niveau du lycée. La refondation de l’école est ainsi toujours d´actualité, les cours de morale laïque mettront l’accent sur l’enseignement du fait religieux afin que les élèves puissent avoir conscience des différentes croyances et de la nécessité d’avoir un espace public neutre ouvert à la discussion et à la tolérance.

SONY DSC