Comment les sociétés démocratiques peuvent-elles réagir au terrorisme? Retour sur ma conférence à Stockholm

Le 11 avril dernier, à l´invitation de l’AMOPA en Suède, j´ai eu le plaisir d´animer une conférence sur le thème « démocratie et terrorisme ». Comme le répétait l´écrivaine nigérianne Chimamanda Ngozi Adichie, il est important de ménager une perspective plurielle sur les événements, non pas pour se singulariser, mais pour avoir une distance critique nécessaire vis-à-vis des événements.

Le terrorisme n’est pas un phénomène nouveau, il consiste à diffuser un sentiment de terreur sur un territoire (il a d´ailleurs la même étymologie que ce dernier terme) au moyen de meurtres pouvant toucher n´importe quel citoyen. La France a connu par le passé des vagues de terrorisme, comme en 1995 avec les attentats perpétrés au nom du GIA à Paris et le détournement d´avion à Marignane. Le terrorisme inscrit des dates traumatiques dans notre calendrier historique (7 janvier, 13 novembre) et il importe de réfléchir non pas pour expliquer, mais pour comprendre les motivations de ces actes barbares et lâches puisqu’ils touchent des gens sans défense.

La réponse est du côté de la Lire la suite

Comment lutter contre le terrorisme dans nos sociétés démocratiques ? Liberté, égalité, fraternité ou urgence, sécurité, vigilance? »

J’ai présenté mes voeux le 11 janvier à Stockholm lors d’une conférence organisée par l’école de langues Europaspråk au musée du Moyen-Âge de Stockholm qui rassemblait pour l’occasion une trentaine de personnes.
Capture d’écran 2016-01-13 à 10.21.24
Cette date est importante, car c’est exactement un an après le magnifique rassemblement citoyen qu’avait connu la France suite aux attentats perpétrés à Charlie-Hebdo. J’ai rappelé le fil des événements et surtout le contexte de la réaction politique après les attentats au Bataclan le 13 novembre dernier. La mise en place de l’état d’urgence, le message du Président au Congrès, l’annonce de la possible déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux furent abordés dans le débat avec la salle.
J’ai rappelé ma position contre ces deux mesures car elles peuvent faire des entorses à nos valeurs fondamentales. Un pays fort est un pays qui croit en ses lois et en les lois votées dernièrement. Nous avons voté un certain nombre de lois anti-terroristes ainsi que la loi sur le renseignement pour confier davantage de pouvoirs spéciaux à la police et aux services de renseignement ainsi qu’au parquet. Introduire ce type de dispositions dans la Constitution risque très rapidement de créer un état d’urgence permanent au moindre risque, ce qui n’est pas souhaitable. L’important pour un Etat de droit est de sortir de l’exception pour ne pas s’y enliser. En tous les cas, il m’apparaît important que le contrôle du juge judiciaire soit renforcé.
Ce fut l’occasion aussi de relire les articles 1, 16 et 36 de la Constitution pour comprendre leur esprit. L’une des conclusions de la conférence est que la meilleure manière de lutter contre le terrorisme est de veiller à l’animation de contre-pouvoirs démocratiques. Donner plus de pouvoirs à l’exécutif peut être problématique, nous avons besoin de recul et de réflexion sur l’urgence et l’immédiateté.
Capture d’écran 2016-01-13 à 10.21.13
Sur la déchéance de nationalité, la salle a compris qu’il s’agissait surtout de se poser la question de la présence ou non sur notre sol des terroristes condamnés. L’extradition n’est pas non plus toujours une solution. Il faut travailler diplomatiquement, signer des coopérations d’entraide judiciaire avec certains pays et faire évoluer la compétence de la Cour Pénale Internationale pour qu’elle puisse inclure des crimes terroristes. Il existe des alternatives et il est important de ne pas céder sur nos valeurs pour envisager des solutions laborieuses mais adaptées afin de ne pas permettre en France ce qu’ont mis en place les Etats-Unis après le 11 septembre.

Conférence « Comment lutter contre le terrorisme dans nos sociétés démocratiques? »

Le 11 janvier prochain, je suis invité par l’école Europaspråk à présenter mes voeux en animant une conférence à Stockholm sur le thème « Comment lutter contre le terrorisme dans nos sociétés démocratiques Liberté, égalité, fraternité ou urgence, sécurité, vigilance? » Si la règle a des exceptions, l’exception ne peut faire la règle.

Je reviendrai sur les crises de l’année 2015 pour expliquer les priorités politiques françaises de l’année 2016. La présentation sera suivie d’un débat. Je vous invite à nous retrouver:

Le lundi 11 janvier entre 11h30 et 12h30
Au musée du Moyen-Âge de Stockholm

(À Strömpaterren 3 juste en face du jardin du Riksdag, en contrebas du pont Norrbro).

 

L’entrée est payante, elle comprend la conférence et une légère collation. Le prix : 200 SEK. Vous pouvez volontiers nous régler directement sur Nordea: 67485-3.
Je vous invite à vous inscrire par téléphone : 08-406-03-23 ou par courriel: europasprak@telia.com.

En espérant vous voir nombreux !

Conférence sur la représentation des Français de l’étranger avec Irish In Britain

Le 13 janvier dernier, je me suis rendu à Londres sur l’invitation de l’organisation Irish in Britain afin de présenter le système de représentation politique des Français à l’étranger. Reçu à la House of Commons par des parlementaires des deux Chambres issus de différents partis politiques, j’ai expliqué les racines et l’évolution de la représentation des Français établis à l’étranger. J’ai exposé le rôle des députés et sénateurs des Français de l’étranger ainsi que la mise en œuvre du vote électronique.

B7OgqHwIgAARk5B

Comme l’a indiqué le modérateur du débat Lord Kennedy of Southwark, les Irlandais sont très intéressés par le système de représentation de notre communauté à l’étranger. Ayant une large diaspora, l’Irlande étudie la possibilité d’ouvrir ses listes électorales aux ressortissants irlandais établis à l’étranger. De nombreuses questions ont été abordées notamment le lien entre la représentation politique et l’assujettissement à l’impôt, les modalités d’organisation du vote, l’impact dunombre de votants établis à l’étranger sur la conduite des affaires intérieures, ou encore le périmètre des scrutins.

Dans la matinée, j’ai tenu à signer le registre de condoléances de l’Ambassade de France en Grande-Bretagne en hommage aux victimes des attentats du 7 janvier.

B7OYBWmIMAEusNv

Avant de reprendre l’Eurostar pour Paris, j’ai donné une interview à French Radio London dans l’émission Newsroom pour parler des attentats et de l’élan de solidarité avec la France qui s’est manifesté à travers le monde. Dans la deuxième partie de l’émission, j’ai détaillé les enjeux de la loi Macron et les points que le travail parlementaire devrait faire évoluer. Vous trouverez les podcasts de cette émission ici et ici.