Marisol Touraine met fin à l’exclusion du don du sang en raison de l’orientation sexuelle

« C’est la fin d’un tabou et d’une discrimination » : à partir du printemps 2016, les homosexuels pourront donner leur sang sous conditions, a annoncé la ministre de la santé Marisol Touraine ce mercredi 4 novembre.

Capture d’écran 2015-11-05 à 16.04.23

La ministre lève l’exclusion du don du sang des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes dans le respect absolu de la sécurité des receveurs.

Pour garantir que les conditions de sécurité sont remplies, l’ouverture du don du sang aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) se fera par étape :

– 1ère étape (printemps 2016) : « fin de l’exclusion définitive du don. Le don de sang total sera ouvert aux hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes à l’issue d’une période de contre-indication de 12 mois, durée pour laquelle le niveau de sécurité transfusionnelle est le même que pour les donneurs actuels. Les hommes qui, au cours des 4 derniers mois, n’auront pas eu de relation sexuelle avec un homme ou auront eu un seul partenaire, pourront donner leur plasma grâce à la création d’une filière sécurisée par quarantaine » ;

– 2ème étape (environ 12 mois après) : « rapprochement des durées d’ajournement entre les HSH et les donneurs hétérosexuels. La filière sécurisée par quarantaine pour le plasma, va permettre aux autorités sanitaires de bénéficier d’une étude « en vie réelle ». Si cette étude démontre qu’il n’y a pas de risques, les règles relatives au don des HSH seront rapprochées des règles générales ».

Pour répondre à ces nouvelles conditions, les questionnaires à remplir seront modifiés pour d’une part préciser ces nouvelles exigences pour les homosexuels mais également pour les hétérosexuels ayant des pratiques à risques.

Je tiens à saluer la position de la ministre de la santé qui a eu le courage de faire tomber un tabou et de mettre fin à une discrimination fondée sur l’orientation sexuelle bien que je sois toutefois étonné des conditions que l’on pose. Je crois qu’il est important de préciser que la problématique du risque se situe sur les conduites à risque des donneurs et non sur leurs orientations sexuelles. Pour donner un exemple, l’Espagne est revenu sur sa législation en 2001 à travers une loi interdisant aux personnes ayant des comportements à risque de donner leur sang durant 6 mois, sans émettre de distinction entre les personnes hétérosexuelles et les personnes homosexuelles.

La ministre de la santé est également revenue dans son interview au Monde sur les grandes questions de société:

Lire la suite