Les conflits à l’école et la médiation scolaire

média-279x300J’ai posé une question à Najat Vallaud Belkacem sur la notion de médiation scolaire. Retrouvez ma question écrite sur le site de l’Assemblée Nationale.

M. Christophe Premat attire l’attention de Mme la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur le développement de la médiation scolaire pour réguler les conflits à l’école et former les élèves à l’apprentissage du vivre-ensemble. Ces dernières années plusieurs initiatives, parmi lesquelles celles du Minnesota department of education aux États-unis ou le Youth justice board for England and Wales, ont recommandé d’opter pour la médiation scolaire pour lutter efficacement contre l’absentéisme et améliorer le climat scolaire. Dans la médiation scolaire certains élèves médiateurs peuvent désamorcer des conflits qui sont extérieurs à l’institution scolaire. Leur rôle doit en revanche être bien compris par les enseignants. Dans ce cadre il lui demande si des modules de présentation de la médiation scolaire pourraient être introduits dans la formation pédagogique des enseignants.

Vaincre le décrochage scolaire

Le 12 août, j’ai posé une question écrite à Benoit Hamon sur la relation entre les parents et leur rôle dans l’école de la République.

M. Christophe Premat attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la proposition 21 formulée par le rapport n° 2117 déposé le 9 juillet 2014 par la commission des affaires culturelles sur les relations entre les parents et l’école. Cette proposition vise à nouer des rapports entre l’école et les parents les plus éloignés du système éducatif. Il importe de réunir les conditions d’un accompagnement personnalisé et non culpabilisant vis-à-vis des parents dont les enfants n’ont pas une assiduité scolaire. En outre, certains parents illettrés pourraient être soutenus grâce à des actions éducatives familiales. L’Irlande dispose par exemple d’un programme national de liaison entre le foyer familial, l’établissement scolaire et la communauté associative, qui encourage des contacts accrus entre les parents, les enseignants, les groupes de bénévoles locaux et les organismes officiels afin d’agir sur les problèmes qui nuisent à l’apprentissage scolaire. Ce programme a bénéficié à plus de 50 000 familles dans ce pays. Il souhaite savoir si un dispositif de ce type aurait des chances d’être généralisé en France dans l’esprit de la refondation de l’école afin d’une part de renouer une relation de confiance entre les parents et l’école et d’autre part d’éviter la reproduction du décrochage scolaire.

Retrouvez la question sur la site de l’Assemblée Nationale