Présentation du projet de loi égalité et citoyenneté

Au courant des mois de juin et de juillet prochains, l’Assemblée nationale examinera le projet de loi égalité et citoyenneté que le Gouvernement a conçu à la suite des attentats qui ont frappé notre pays en 2015.
Face aux fractures mises en évidence par ces évènements, les dispositifs contenus dans ce texte visent à renforcer la cohésion nationale et à rassembler tous les Français autour des valeurs de la République.

Le projet de loi est composé de 41 articles répartis en 3 titres dont en voici les principales mesures.

Titre I : Citoyenneté et émancipation des jeunes (articles 1 à 19)

Ce premier titre consacré à la citoyenneté et à l’émancipation des jeunes répond à l’ambition d’une France engagée et au service de la République.

Il met l’accent sur l’engagement citoyen via le service civique ou la réserve citoyenne et leur généralisation. Il crée un congé de dirigeants associatifs bénévoles ouvrant droit à une autorisation d’aménagements du temps de travail pour tout salarié ou agent du public, afin d’encourager la prise de responsabilités bénévoles.

La création d’une réserve citoyenne dans l’éducation nationale permet à tous citoyens de la société civile de Lire la suite

Le choix d’un collège plus juste

Tribune sur liberation.fr par Patrick Bloche, Président de la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale; Jean-Pierre ALLOSSERY ; Marie-Odile BOUILLÉ ; Brigitte BOURGUIGNON ; Émeric BRÉHIER ; Dominique CHAUVEL ; Valérie CORRE ; Jacques CRESTA ; Pascal DEGUILHEM ; Pascal DEMARTHE ; Sophie DESSUS ; Sandrine DOUCET ; Anne-Lise DUFOUR-TONINI ; William DUMAS ; Martine FAURE ; Hervé FÉRON ; Michel FRANÇAIX ; Mathieu HANOTIN ; Anne-Christine LANG ; Colette LANGLADE ; Annick LEPETIT ; Lucette LOUSTEAU ; Martine MARTINEL ; Michel MÉNARD ; Maud OLIVIER ; Christian PAUL ; Régine POVEDA ; Christophe PREMAT ; Marcel ROGEMONT ; Julie SOMMARUGA ; Sylvie TOLMONT ; Stéphane TRAVERT et Patrick VIGNAL.

743047--

Au fronton de toutes les écoles françaises, la devise de la République – Liberté, Egalité, Fraternité – s’affiche fièrement. Mais à chaque tentative de faire évoluer les politiques publiques vers plus d’égalité, les défenseurs acharnés d’un immobilisme qui ne protège que ceux qui profitent du système montent au créneau et manifestent bruyamment pour la défense des avantages de quelques-uns. Les attaques répétées des derniers jours contre la nouvelle organisation du collège présentée par la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en sont une illustration flagrante. Que prévoit en effet cette réforme ?

LA PROMOTION DE L’APPRENTISSAGE DES LANGUES

Que tous les élèves français apprendront désormais deux langues vivantes étrangères dès la classe de cinquième, et qu’ils bénéficieront de cinquante-quatre heures de langue supplémentaires sur l’ensemble de leur scolarité au collège. Alors qu’aujourd’hui seuls 16% des élèves de 6e et de 5e se voient offrir la possibilité de rejoindre une classe bi-langue et que moins de 11% des élèves de 4e et de 3e bénéficient de la possibilité d’être en section européenne, la réforme du collège fait commencer plus tôt la deuxième langue vivante à 100% des collégiens et offre plus d’heures de cours de langues à tous les collégiens.

Que la grande majorité des collégiens auront accès, dans le cadre des nouveaux enseignements pratiques interdisciplinaires, à l’étude de la culture et de la civilisation antiques quand, à l’heure actuelle, à peine 18 % d’entre eux y ont accès en suivant les options facultatives latin et grec. Cela contribuera d’ailleurs à la promotion de l’apprentissage des langues anciennes, qu’un trop grand nombre de latinistes et d’hellénistes abandonne en entrant au lycée.

Lire la suite