Débat FFE-PS sur « l’Europe et Migrations: un enjeu historique? »

– Débat « Citoyens du Monde » sur « l’Europe et Migrations: un enjeu historique? » – 3 novembre 2015

Capture d’écran 2015-10-20 à 20.23.26

La Fédération des Français à l’étranger a le plaisir de vous convier au premier débat « Citoyens du Monde », qui aura lieu le 3 novembre, 18h30 heure de Paris intitulé « l’Europe et Migrations: un enjeu historique? ». 

Merci de rejoindre notre outil de conférence en ligne webex dès 18h30 (UTC+2). Nous démarrerons à 19h (UTC+2) le temps que tout le monde soit bien connecté.

Le format de la conférence – débat Citoyens du Monde est le suivant : 45 min d’échanges entre les panélistes et les deux modérateurs, puis 30 min d’échanges avec nos auditeurs et militants.

Voici le lien de connexion : https://ffeps.webex.com/ffeps/onstage/g.php?MTID=e01dc8c16554785918bed4e540becf5f4 (prévoyez quelques minutes pour installer le composant webex). Et le mot de passe : mmnyDVPx

Nos trois panélistes seront:

  • Pierre Henry – Directeur général de France terre d’asile
  • Louisa Zanoun – Docteure en Histoire, responsable du pôle scientifique et culturel au sein de l’association Génériques, organisme de recherche et de création culturelle portant sur l’histoire et la mémoire de l’immigration en France.
  • Mehdi Alioua – Docteur en sociologie, enseignant-chercheur permanent à Sciences Po Rabat de l’Université Internationale de Rabat – Maroc
  • Ariane Junca – Membre du Conseil d’administration Médecins du Monde – Médecin anesthésiste

Vous pouvez télécharger leur biographie ici: biographies des panélistes

Le débat sera animé par Gabriel Richard-Molard, Secrétaire Fédéral à l’Europe de la fédération des Français de l’étranger du Parti socialiste

Je vous invite à retrouver le lien de l’événement (avec les infos webex) sur le site de la FFE et sur Facebook.

Les socialistes français de l’étranger dénoncent l’irresponsabilité politique de David Cameron sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne

16 octobre 2015 –

Capture d’écran 2015-10-16 à 18.22.36

Les socialistes français de l’étranger dénoncent l’irresponsabilité politique de David Cameron sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne.

La Fédération des Français à l’étranger du Parti Socialiste (FFE-PS)  soutient les citoyens britanniques qui se mobilisent pour le maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne, notamment à travers l’initiative « Britain stronger in Europe » (La Grande-Bretagne plus forte dans l’Europe).

Cependant, la FFE-PS déplore les conditions inadmissibles annoncées par le Premier Ministre Britannique David Cameron pour négocier le maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union Européenne, à savoir de tenir premièrement le Royaume-Uni hors du projet de l’intégration européenne, deuxièmement de ne plus reconnaître l’Euro comme devise officielle de l’Union européenne et troisièmement d’instaurer un véto des parlements nationaux aux projets de loi européens.

La Fédération des Français à l’étranger souligne le caractère scandaleux et incohérent des demandes de M. Cameron et laisse le parti conservateur face à ses responsabilités quant au futur du Royaume-Uni dans l’Union Européenne.

Christophe Premat député des Français établis au Royaume-Uni et en Europe du Nord, rappelle à David Cameron la citation de Winston Churchill « il vaut mieux être un acteur plutôt qu’un critique » et souhaite que le Royaume-Uni, tout comme les autres Etats-membres, prenne une place pleine et entière au sein de l’Union européenne. Cela suppose notamment que le gouvernement britannique ne revienne pas sur la libre circulation des personnes, qu’il participe et contribue équitablement au budget de l’Union et fasse preuve de la nécessaire solidarité propre à tout Etat-membre, inhérente au projet européen.

La Fédération des Français à l’étranger appelle donc le Président de la République et le gouvernement, à l’occasion du sommet Européen de Bruxelles se tenant les 15 et 16 octobre, à n’accepter aucune des conditions du Premier ministre britannique et à continuer les efforts d’intégration vers une Union plus sociale et politiquement plus étroite.

Le Bureau Fédéral de la Fédération des Français à l’étranger.

Vous pouvez retrouvez le communiqué de presse de la FFE ici.

La FFE-PS salue l’attribution du Prix Nobel de la Paix au Quartet du dialogue national tunisien

– Communiqué de Presse du Bureau Fédéral de la Fédération des Français à l’étranger du Parti Socialiste –

Capture d’écran 2015-10-12 à 09.45.19

La Fédération des Français de l’étranger du Parti Socialiste salue l’attribution du Prix Nobel de la Paix au Quartet du dialogue national tunisien constitué par le syndicat UGTT (Union Générale tunisienne du travail), de la fédération patronale Utica (Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat), de la Ligue tunisienne des droits de l’homme et de l’Ordre national des avocats.

Le Printemps Arabe a débuté en 2010-2011 en Tunisie, puis s’est rapidement  étendu en Afrique du Nord et au Moyen –Orient. Dans bon nombre de ces pays, la lutte pour la Démocratie et des droits fondamentaux est aujourd’hui en panne ou faisant face à des revers. La Tunisie connaît une transition démocratique qui repose sur une société civile dynamique animée par la demande du respect des droits humains fondamentaux.

Constitué à l’automne 2013 après les assassinats politiques de Chokri Belaïd et de Mohammed Brahimi, le Quartet a créé les conditions pour engager un dialogue politique pacifique entre les citoyens, les partis politiques et les autorités et pour former un gouvernement indépendant. Puis, il est parvenu à arracher aux partis politiques de l’opposition et aux parties prenantes de la coalition gouvernementale une « feuille de route » en faisant émerger un consensus au sein de la société tunisienne face aux menaces grandissantes de divisions politiques et religieuses. Enfin, son soutien aux travaux de l’assemblée constituante et ses efforts pour obtenir l’adoption d’une nouvelle constitution tunisienne respectueuse des libertés et des droits humains approuvée par la population tunisienne dans son ensemble ont ainsi permis de sortir de la violence politique, de faire parvenir la révolution tunisienne à des élections libres et pluralistes, et à une alternance politique pacifique à l’automne 2014.

Grâce à l’action du Quartet, la Tunisie a évité les déceptions et les espoirs anéantis, tragiquement éprouvés par d’autres pays de la région. Les membres du Quartet du dialogue national tunisien ont contribué à accompagner le changement que le peuple tunisien réclamait en jouant un rôle crucial pour la stabilité du pays, la conquête de la liberté, la justice, et la poursuite du processus démocratique.

Quelques mois après les attentats perpétrés au Musée du Bardo et sur une plage de la ville de Sousse, 24 heures après la tentative d’assassinat du député Ridha Charaffedine, la Tunisie doit demeurer un espoir pour le monde arabe et bien au-delà.

La FFE-PS rend hommage au courage de ces femmes et de ces hommes qui, face aux attaques répétées contre les libertés, ont su rassembler tous les acteurs de la société pour consolider la jeune démocratie tunisienne. 

Ce Prix Nobel de la Paix est un appel à soutenir toutes les forces des sociétés civiles qui luttent pour la démocratie, le pluralisme et l’état de droit.

C’est précisément lorsque ces principes sont bafoués que nous devons les réaffirmer avec plus de force !  

Vous pouvez retrouver le communiqué de presse en cliquant ici.

L’éducation à l’étranger: un défi de taille

Capture d’écran 2015-09-03 à 11.52.47

Je suis intervenu à la convention annuelle de la Fédération des Français de l´étranger du Parti Socialiste le 24 août dernier sur le thème de l´éducation. Ce fut l´occasion de présenter les dispositifs existants pour la scolarisation en français à l´étranger dans les pays de ma circonscription. J´ai insisté sur le plan écoles élaboré en 2007 par l´Ambassade de France au Royaume-Uni. Le plan écoles est une initiative structurée visant à réunir les acteurs publics et privés autour de la scolarisation en français au Royaume-Uni.

Le plan écoles s´est doté de trois objectifs, la scolarisation en français du plus grand nombre, le développement de structures bilingues au Royaume-Uni et la mise en place de projets FLAM. Un groupe de travail est constitué pour chaque objectif. Pour l´instant, l´objectif ayant retenu la plus grande attention est le premier avec la création d´un établissement bilingue (le Collège Franco-Britannique de Londres ou le CFBL en 2011) conventionné avec l´AEFE en 2011 puis l´extension des possibilités grâce à l´ouverture d´un nouveau lycée partenaire de l´AEFE, le lycée Winston Churchill de Wembley qui connaît sa première rentrée. Le lycée Charles de Gaulle vient de fêter son centenaire et est un établissement à gestion directe qui fait l´objet d´énormément de demandes.

L´objectif 1 visait à scolariser environ 1000 élèves supplémentaires d´ici 2020. Il est pratiquement atteint avec cependant une difficulté de taille, puisque le lycée Winston Churchill est privé et que ses frais de scolarité sont largement supérieurs à ceux du lycée Charles de Gaulle. Pour les familles, c´est une source d´anxiété puisque les frais de scolarité augmentent de plus de 30% dans certains cas. Je pense notamment aux familles nombreuses où le suivi des fratries fait que l´investissement est très lourd. Le rapport du député Philip Cordery et de la sénatrice Claudine Lepage vise à plafonner cette augmentation des frais de scolarité. Nous avons ici une difficuté de taille avec un paradoxe: s´il est louable de vouloir augmenter le nombre de places, il ne faudrait pas que cette augmentation se traduise par une dilution des moyens publics et une sélection encore plus forte des élèves par ces frais de scolarité. Le lycée Charles de Gaulle peut être fragilisé par cette dilution car j´ai entendu à plusieurs reprises le fait qu´il avait des frais de scolarité assez bas. Vu qu´il possède les locaux, les frais de scolarité restent relativement peu élevés. Lire la suite

Conseil Fédéral du 31 janvier 2015

Les conseillers fédéraux de la fédération des Français de l’étranger se sont réunis samedi 31 janvier à Paris pour discuter de la vie militante de notre fédération.
Suite au départ du premier fédéral, Boris Faure à l’automne dernier, une gouvernance collégiale a repris le flambeau jusqu’au Congrès de Poitiers qui aura lieu en Juin.

Notre fédération est très riche avec des militants aux quatre coins du monde. Ils ont démontré une fois de plus leur cœur à l’ouvrage pour refonder notre parti dans le cadre des contributions qu’ils ont rédigées en préparation du Congrès de Poitiers. J’ai signé la contribution sur la Social-Ecologie rédigée par Catherine Dib et Florian Meyneris qui prône un changement de paradigme au niveau européen pour répondre aux enjeux économiques et sociaux du 21ème siècle.

Les conseillers fédéraux ont aussi pu échanger avec le Secrétaire d’Etat des Français de l’Etranger, Mathias Fekl qui a rappelé l’atout que représentaient pour notre pays les Français résidant à l’étranger. Il s’est félicité des mobilisations spontanées dans le monde entier des communautés françaises, le 11 Janvier, qui ont rappelé l’attachement aux valeurs de la France. Il a par ailleurs réaffirmé la volonté du gouvernement de faciliter les démarches administratives de tous les Français résidant à l’étranger en mettant fin notamment à la double comparution dans les consulats pour les passeports ainsi que l’inscription électronique sur les registres consulaires avant la fin de l’année.

IMG_20150131_152926~2

La secrétaire d’Etat du numérique Axelle Lemaire a participé aux débats en évoquant son action au gouvernement. Elle a réaffirmé son attachement à sa fédération et exprimé la nécessité de mieux communiquer sur les mesures adoptées qui bénéficient aux Français résidant hors de France. Elle a aussi souhaité rappeler les atouts de la France en matière d’innovation numérique. Contrairement à d’autres pays érigés en modèle, comme le Royaume-Uni ou les Etats-Unis dont les clusters sont extrêmement concentrés géographiquement, la France se démarque par plusieurs pôles innovants dans l’ensemble du territoire.

Enfin, Philip Cordery a présenté en avant-première aux membres de la FFE et les élus présents les premières conclusions de son très attendu rapport sur les droits de scolarité dans le réseau AEFE qui sera prochainement rendu à Mathias Fekl.
Le rapport Lepage-Cordery tout en réaffirmant le principe qui nous est cher de l’universalité du réseau AEFE consacre plusieurs propositions pour alléger les frais de scolarité et soulager les familles du poids des dépenses liées à l’éducation de leurs enfants pour les préserver dans le système scolaire francophone. Parmi celles-ci le rapporteur a évoqué le besoin de rationaliser les dépenses de fonctionnement du réseau et trouver de nouvelles ressources en développant les partenariats innovants avec les acteurs locaux ainsi que la nécessité d’impliquer davantage les parents d’élèves dans la gouvernance des établissements.