Fête de noël de « l’école buissonnière » à Stockholm le 19 décembre

img_5540

Le 19 décembre dernier, à l’invitation de sa présidente Delphine Daggfeldt, je me suis rendu au spectacle des enfants de l’école buissonnière, programme FLAM qui permet à de nombreux enfants du sud de Stockholm de bénéficier d’un enseignement de quelques heures de français par semaine. Grâce à une équipe d’enseignants dévoués,  le spectacle a enchaîné poèmes et karaokés sur le thème de la ville de Paris. C’est une école qui me tient particulièrement à cœur, car j’ai vu évoluer ce projet et je pense que de nombreuses familles pourraient être intéressées par ce genre de démarche. Favoriser l’immersion en français pour renforcer le bilinguisme, telle est l’approche retenue. Avec beaucoup de professionnalisme et de dévouement, l’équipe de l’école buissonnière a montré que l’apprentissage du français était finalement amusant et permettait à ces enfants de découvrir de nouvelles activités. Je tiens à féliciter chaleureusement toute l’équipe de l’école buissonnière pour leur enthousiasme et leur générosité, une preuve supplémentaire que la francophonie du nord est bien vivante.

Pour plus de renseignements, consultez http://www.lecolebuissonniere.se

img_5539

Le lien fort entre les Français résidant à l’étranger et France Inter

france-inter

Merci à tous ceux qui m’ont rappelé leur attachement à France Inter et m’ont alerté de la décision de la station de mettre fin à la diffusion de ses programmes en ondes longues à partir du 1er janvier 2017. J’ai à mon tour alerté la Ministre de la culture et de la communication dans une question écrite que vous pouvez retrouver ci-dessous:

***

M. Christophe Premat attire l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur la décision de France Inter de mettre fin à la diffusion de ses programmes en ondes longues à partir du 1er janvier 2017. Il rappelle que l’arrêt des ondes longues aura pour conséquence immédiate de priver les Français et francophones résidant à l’étranger ainsi que les Français métropolitains habitant dans des zones encore très mal couvertes par la bande FM de la possibilité d’écouter France Inter. Pour les Français de l’étranger, très nombreux à être très attachés à cette radio de service public, l’écoute de France Inter permet de maintenir un lien linguistique et culturelle à la France. La diffusion de France Inter en ondes longues est aussi un vecteur de la francophonie et du rayonnement culturel de la France hors du territoire national. Il ne faut pas non plus oublier que 3% de la population métropolitaine habite dans des zones non couvertes par la FM. Lire la suite

Ma question écrite sur la création d’un grand festival participatif des musiques francophones

J’avais, il y a quelque temps, attiré l’attention de la secrétaire d’État, auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, chargée du développement et de la francophonie sur la nécessité de créer un grand festival participatif des musiques francophones centré sur le multilinguisme et la diversité. Je défendais l’idée d’un grand spectacle de polyphonie francophone afin de renforcer la promotion de la francophonie.

Lire la suite

Question écrite sur la nécessité de créer un statut de réfugié climatique

A l’aube de la COP22, il faut se féliciter de l’accord historique de la COP21 sur la nécessité de limiter l’impact du réchauffement climatique. Toutefois des questions sociales s’ajoutent à la question environnementale. Comme l’a souligné récemment le Forum méditerranéen sur le climat, les changements climatiques sont sources de compétitions, voire de conflits. Il est donc nécessaire d’envisager la question des migrations climatiques. C’est la raison pour laquelle j’ai interrogé M. le ministre des affaires étrangères et du développement international afin de savoir s’il était possible que la France défende, au niveau international, l’inclusion et la reconnaissance du statut de réfugié climatique.

Le développement durable est également un engagement historique de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) depuis plus de 30 ans. Et, la francophonie ayant toujours défendu la prise en compte de la culture comme une dimension à part entière du développement durable, j’ai aussi souhaité interroger le secrétaire d’État auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, chargé du développement et de la francophonie, afin de savoir si la France pouvait encourager la francophonie à défendre la nécessité de créer un statut de réfugié climatique au niveau mondial pour appréhender les impacts concrets du réchauffement climatique.

Mes questions écrites que vous pouvez retrouver ici et ici sont relatives à une problématique importante donnant à la France la possibilité d’être un modèle à suivre tant sur le plan environnemental, que sur le plan social.

Mes interventions sur le projet de loi sur l’égalité réelle Outre-mer

Je suis intervenu en séance publique, mercredi 5 octobre, lors de l’examen en première lecture du projet de loi sur l’égalité réelle Outre-mer, qui vise à réduire les écarts de développement entre les populations d’Outre-mer et de l’Hexagone.

Je suis intervenu lors des discussions sur un amendement proposant de créer des comités universitaires de présélection dans chaque université ultramarine pour les enseignants-chercheurs demandant à être qualifiés aux fonctions de maître de conférences afin de donner à ces candidats des chances réelles. La réponse au problème de l’accès aux fonctions de maître de conférences réside selon moi dans la mobilité des enseignants-chercheurs. Il faut attirer des enseignants-chercheurs hexagonaux dans les territoires d’outre-mer, et vice versa, notamment en octroyant une aide supplémentaire, en matière de mobilité.

Je suis également intervenu lors des discussions sur un amendement visant à mettre en lumière le rôle de l’Agence française de développement – AFD – dans les territoires d’Outre-mer en soulignant des pratiques qui nuisent à la transparence. Ce que je trouve pas normal également, c’est que les territoires d’outre-mer soient considérés comme des pays étrangers, surtout considérant leur rôle diplomatique.

Je me suis penché également sur l’utilisation des langues régionales dans l’administration et sur les manuels scolaires à envisager selon moi sous l’angle de la francophonie.