Conférence sur la représentation des Français de l’étranger avec Irish In Britain

Le 13 janvier dernier, je me suis rendu à Londres sur l’invitation de l’organisation Irish in Britain afin de présenter le système de représentation politique des Français à l’étranger. Reçu à la House of Commons par des parlementaires des deux Chambres issus de différents partis politiques, j’ai expliqué les racines et l’évolution de la représentation des Français établis à l’étranger. J’ai exposé le rôle des députés et sénateurs des Français de l’étranger ainsi que la mise en œuvre du vote électronique.

B7OgqHwIgAARk5B

Comme l’a indiqué le modérateur du débat Lord Kennedy of Southwark, les Irlandais sont très intéressés par le système de représentation de notre communauté à l’étranger. Ayant une large diaspora, l’Irlande étudie la possibilité d’ouvrir ses listes électorales aux ressortissants irlandais établis à l’étranger. De nombreuses questions ont été abordées notamment le lien entre la représentation politique et l’assujettissement à l’impôt, les modalités d’organisation du vote, l’impact dunombre de votants établis à l’étranger sur la conduite des affaires intérieures, ou encore le périmètre des scrutins.

Dans la matinée, j’ai tenu à signer le registre de condoléances de l’Ambassade de France en Grande-Bretagne en hommage aux victimes des attentats du 7 janvier.

B7OYBWmIMAEusNv

Avant de reprendre l’Eurostar pour Paris, j’ai donné une interview à French Radio London dans l’émission Newsroom pour parler des attentats et de l’élan de solidarité avec la France qui s’est manifesté à travers le monde. Dans la deuxième partie de l’émission, j’ai détaillé les enjeux de la loi Macron et les points que le travail parlementaire devrait faire évoluer. Vous trouverez les podcasts de cette émission ici et ici.

Compte-rendu du déplacement à Londres du 26 au 30 octobre

Du 26 au 30 octobre, j’ai eu le plaisir d’effectuer mon deuxième voyage à Londres depuis le début de mon mandat. Au delà des deux permanences téléphoniques tenues pour les Français résidant en Angleterre et au Pays de Galles qui souhaitaient s’entretenir avec moi de manière individuelle, j’ai pu m’entretenir avec Madame Sylvie Bermann, Ambassadeur de France au Royaume-Uni et rencontrer des acteurs clés de la vie de la communauté française à Londres.

Entretien avec Madame l’Ambassadeur

Lors de mon entretien avec Madame Sylvie Bermann, nous avons échangé sur la question du Consulat d’Edimbourg. La réduction des effectifs dans le cadre d’une transformation du Consulat en Consulat d’Influence inquiète tant les agents du Consulat que les usagers. J’ai prôné une pédagogie exemplaire à ce sujet. J’ai demandé à l’Ambassadeur une annonce des modalités claires et en concertation avec tous ainsi qu’un rétroplanning précis. Je souhaite notamment que des solutions annexes puissent être mises en place comme la valise Itineris. Retrouvez la lettre envoyée aux Français d’Ecosse le 6 novembre ici.

Nous avons aussi abordé la question des flux migratoires de la France vers la Grande-Bretagne. Le chiffre de 20 000 entrées pas an confirme que la « génération Eurostar » a envie d’Europe sans pour autant qu’il y ait un pic d’arrivées. Enfin, nous avons discuté de la question de l’éducation française à Londres. J’ai fait part à l’Ambassadeur de mon combat pour renforcer le bilinguisme. À l’heure actuelle, 85% des élèves français sont scolarisés dans le système éducatif britannique. Le bilinguisme reste d’après moi la réponse essentielle à cette population en dehors du réseau AEFE.

 

Rencontre avec les représentants des parents d’élèves du Lycée Charles de Gaulle et du Collège Français Bilingue de Londres.

À l’occasion de ce déplacement, j’ai souhaité rencontrer Virginie Royer, responsable de l’Association des Parents d’Elèves du Lycée Charles de Gaulle, et Elisabeth O’Regan, responsable de l’Association des Parents d’Elèves du Collège Français Bilingue de Londres. Leurs points de vue sur la situation de l’éducation dans les écoles françaises de Londres sont importants pour moi, en tant que député mais aussi en tant que membre du Conseil d’Administration de l’AEFE.

Plusieurs sujets majeurs ont été abordés notamment la question de la participation des parents à 65% du budget global, la visibilité sur les augmentations qui ont plus que doublé en deux ans. Nous avons parlé de l’Observatoire des frais de scolarité, idée avancée par Axelle Lemaire du temps où elle était députée et que je soutiens. La question de la baisse des bourses qui mène à une baisse de la mixité sociale au sein des écoles du réseau inquiète, à juste titre, les représentants des parents dont je ferai remonter les observations à l’AEFE. Il y a définitivement une relation à améliorer entre les parents et l’AEFE par le biais des équipes de direction pour plus de communication et d’écoute. Je préconise des modèles de fonctionnement qui s’imprègnent de la culture du pays : nous ne pouvons calquer le modèle français à l’étranger, nous avons besoin de souplesse sous peine de renforcer l’inégalité des chances.

 

Réunion Publique

B0-QECaIQAAsive.jpg-largeJ’ai tenu une réunion publique sur le thème «Vivre à l’étranger: un défi ou un exil? », un thème volontairement provocant pour faire écho aux polémiques sur les flux migratoires des Français. Les approches simplistes des médias français et de certaines personnalités politiques posent la question de l’honnêteté intellectuelle accordée à ce phénomène. J’ai rappelé ce soir-là que nous ne devions pas avoir peur de cette mobilité. Il faut d’après moi plutôt travailler à faciliter l’impatriation que critiquer l’expatriation qui reste une force culturelle et économique à travers le monde.

J’ai eu le plaisir de partager mes vues sur cette question avec la radio francophone « French Radio London » (interview ici).

Lire la suite