MON INTERVENTION SUR BBC World Service sur le discours de François Hollande et de Angela Merkel devant le parlement européen

Je suis intervenu le 7 octobre dernier sur BBC World Service pour évoquer le discours de François Hollande et de Angela Merkel devant le Parlement européen. Face à la crise des réfugiés en Europe, j’ai souhaité rappelé le besoin d’une Europe mieux intégré.

Aujourd’hui l’Europe doit faire face à des défis, par conséquent elle doit faire des choix: je crois alors que la solution à nos crises est une Europe plus forte.« C’est à nous, à nous, de prendre les décisions. Nous devons répondre à l’urgence et garder le cap sur le long terme. Celui d’une fédération d’Etats-Nations qui doit rester notre horizon. » a déclaré le Président de la République.

Vous pouvez retrouver mon article sur l’intervention du président de la République et de la Chancelière allemande en cliquant ici.

EUROPE, INTERNATIONAL, DÉVELOPPEMENT ET FRANCOPHONIE : FRANÇOIS HOLLANDE ET ANGELA MERKEL AU PARLEMENT EUROPÉEN

Capture d’écran 2015-10-08 à 13.28.04

Ce mercredi 7 octobre, François Hollande et Angela Merkel se sont rendus au Parlement Européen à Strasbourg. C’est un fait historique: cela fait 26 ans, presque jour pour jour, que le Chancelier allemand et le président de la République française ne s’étaient pas retrouvés pour un discours commun devant les eurodéputés.

François Hollande et Angela Merkel se sont exprimés, de manière consensuelle, sur les crises qui traversent l’Union-Européenne:  de la crise des réfugiés en passant par la crise grecque, la Syrie et l’Ukraine.

Face à ces défis, tous les deux ont rappelés le besoin d’une Europe mieux intégrée:  « Le débat, il n’est pas entre moins d’Europe et plus d’Europe, il est entre l’affirmation de l’Europe ou la fin de l’Europe, c’est-à-dire le retour des frontières nationales, le démantèlement des politiques communautaires, l’abandon de l’euro ».

François Hollande a rappelé que « L’Europe s’est employée à sauver des vies, à lutter contre les filières criminelles profitant de l’afflux de réfugiés mais l’Europe a tardé à comprendre que les tragédies au Proche-Orient et en Afrique auraient des conséquences pour elle ».  Par ailleurs, le président a appelé toute la communauté internationale à intensifier sa guerre contre l’état islamique, « Si nous laissons les affrontements religieux s’amplifier, ne pensons pas que nous serons à l’abri: ce sera une guerre totale » « Nous devons construire en Syrie, avec tous ceux qui peuvent y contribuer, un avenir politique qui donne à la population syrienne une autre alternative que Bachar al Assad ou Daech ».

Lire la suite