Limiter l’augmentation des frais de scolarité dans le réseau d’enseignement français à l’étranger : les 50 propositions de Claudine Lepage et Philip Cordery

aefeClaudine Lepage, Sénatrice des Français établis hors de France et Philip Cordery, Député des Français du Benelux, ont présenté le 17 février dernier les conclusions de leur rapport, visant à limiter l’augmentation des frais de scolarité, à Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du développement international et à Matthias Fekl, secrétaire d’Etat en charge du Commerce extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l’étranger.

Le réseau d’établissements français à l’étranger se doit de remplir la double mission de permettre la scolarisation dans le système français des jeunes compatriotes qui résident à l’étranger et constituer un instrument d’influence et de rayonnement en accueillant des élèves étrangers.

Le montant des frais de scolarité conditionne l’attractivité du réseau et donc le bon accomplissement de cette mission en étant compatible avec la capacité contributive des familles et compétitive pour attirer les élèves étrangers.

Or, depuis la fin des années 2000, les frais de scolarité ont très fortement augmenté, mettant en péril la double mission du réseau.

Il convient donc de préserver la qualité pédagogique et la mixité culturelle et sociale du réseau, dans le cadre d’une enveloppe budgétaire constante, d’une capacité contributive réduite des familles et d’un nombre croissant de demandes.

Pour répondre à cette équation, les rapporteurs ont formulé 50 propositions concrètes présentées en 5 axes principaux :

·         Des mesures d’économies générales et un meilleur contrôle des dépenses

·         La recherche indispensable de nouvelles sources de financement, comme par exemple un plan « Rénovation école » en partenariat avec la Banque européenne d’investissement (BEI)

·         Le renforcement des partenariats avec les familles, les pays hôtes, les entreprises, les institutions internationales ou les pays francophones

·         La réforme de la gouvernance notamment par un renforcement du rôle pilote de l’Ambassadeur et la révision de la charte de l’AEFE

·         La meilleure répartition des fonds existants notamment grâce au développement des associations FLAM et du Label FrancÉducation

Pour accéder au rapport en ligne : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/154000138-enseignement-francais-a-l-etranger-recommandations-visant-a-limiter-l-augmentation

Lire la suite

Conseil Fédéral du 31 janvier 2015

Les conseillers fédéraux de la fédération des Français de l’étranger se sont réunis samedi 31 janvier à Paris pour discuter de la vie militante de notre fédération.
Suite au départ du premier fédéral, Boris Faure à l’automne dernier, une gouvernance collégiale a repris le flambeau jusqu’au Congrès de Poitiers qui aura lieu en Juin.

Notre fédération est très riche avec des militants aux quatre coins du monde. Ils ont démontré une fois de plus leur cœur à l’ouvrage pour refonder notre parti dans le cadre des contributions qu’ils ont rédigées en préparation du Congrès de Poitiers. J’ai signé la contribution sur la Social-Ecologie rédigée par Catherine Dib et Florian Meyneris qui prône un changement de paradigme au niveau européen pour répondre aux enjeux économiques et sociaux du 21ème siècle.

Les conseillers fédéraux ont aussi pu échanger avec le Secrétaire d’Etat des Français de l’Etranger, Mathias Fekl qui a rappelé l’atout que représentaient pour notre pays les Français résidant à l’étranger. Il s’est félicité des mobilisations spontanées dans le monde entier des communautés françaises, le 11 Janvier, qui ont rappelé l’attachement aux valeurs de la France. Il a par ailleurs réaffirmé la volonté du gouvernement de faciliter les démarches administratives de tous les Français résidant à l’étranger en mettant fin notamment à la double comparution dans les consulats pour les passeports ainsi que l’inscription électronique sur les registres consulaires avant la fin de l’année.

IMG_20150131_152926~2

La secrétaire d’Etat du numérique Axelle Lemaire a participé aux débats en évoquant son action au gouvernement. Elle a réaffirmé son attachement à sa fédération et exprimé la nécessité de mieux communiquer sur les mesures adoptées qui bénéficient aux Français résidant hors de France. Elle a aussi souhaité rappeler les atouts de la France en matière d’innovation numérique. Contrairement à d’autres pays érigés en modèle, comme le Royaume-Uni ou les Etats-Unis dont les clusters sont extrêmement concentrés géographiquement, la France se démarque par plusieurs pôles innovants dans l’ensemble du territoire.

Enfin, Philip Cordery a présenté en avant-première aux membres de la FFE et les élus présents les premières conclusions de son très attendu rapport sur les droits de scolarité dans le réseau AEFE qui sera prochainement rendu à Mathias Fekl.
Le rapport Lepage-Cordery tout en réaffirmant le principe qui nous est cher de l’universalité du réseau AEFE consacre plusieurs propositions pour alléger les frais de scolarité et soulager les familles du poids des dépenses liées à l’éducation de leurs enfants pour les préserver dans le système scolaire francophone. Parmi celles-ci le rapporteur a évoqué le besoin de rationaliser les dépenses de fonctionnement du réseau et trouver de nouvelles ressources en développant les partenariats innovants avec les acteurs locaux ainsi que la nécessité d’impliquer davantage les parents d’élèves dans la gouvernance des établissements.